AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
Blouse blanche et bobo à l'horizon - Kyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Life is'n without risk
Messages : 51
Date d'inscription : 22/10/2016

MessageSujet: Blouse blanche et bobo à l'horizon - Kyle   Dim 23 Oct - 20:22


Kyle & Bailen

Une nouvelle journée face aux dangers continuels qu’exerce cette existence sur tes épaules. Une journée de plus ou tu te lèves la peur au ventre, ou tu dois faire sortir Jason du lit à coups de pieds au cul. Ton frère, il n’est pas du matin et tu commences à être exaspéré face à son comportement enfantin. Il ne cesse de râler, de ronchonner en disant maintes conneries. Sait-il seulement ce que tu sacrifies pour qu’il puisse avoir la meilleure éducation ? Pour qu’il puisse vivre plus ou moins en paix, sans se soucier de demain ? Il est si jeune, si innocent et pourtant tellement en danger. Comme toi, il a hérité du gène et ça fait de lui une cible certaine. Tu l’entraînes pour qu’il ne perdre pas le contrôle en société, ça porte ses fruits, même si il ne cesse de râler qu’il préfèrerais jouer aux jeux vidéos ou vagabonder avec ses amis. Tu es son frère et pas son père, certes, mais tu avais appris très jeune à tenir ce rôle. Passant une main dans tes cheveux, tu bois rapidement ta tasse de café tout en boostant ton cadet, tu tapant souvent l’arrière du crâne pour qu’il se bouge. Tu vas finir par être en retard. T’es crevé, tu enchaînes les services pour gagner plus d’argents, pour qu’il ne manque de rien. A cet âge, les gosses sont de vrais ingrats ! Finalement, tu arrives enfin à le déposer à l’université à temps, lui demandant pour une fois de ne pas sécher les cours. Tu n’es pas d’humeur à affronter son doyen, puis, tu as autre chose à foutre également comme bosser pour gagner ta croute. Bref, après avoir ignoré tes mots, tu le regardes s’éloigner en soupirant. Tu te souviens de cet enfant que tu serrais dans tes bras lors de la mort de vos parents…Il avait bien grandit.

Démarrant rapidement, tu te rends à l’hôpital pour commencer à bosser. Comme toujours, tu enfiles ton masque, tu évites de te mêler aux autres plus que nécessaire. Parfois, tu interagis avec quelques personnes, mais tu n’échanges pas plus que quelques paroles sans grands sens. A vraie dire, tu t’en fous de ce qu’ils pensent, de ce qu’ils disent. Beaucoup se plaignent sur leur pauvre existence, sur le manque de sommeil. Non mais c’est bon les mecs, essayés de vivre avec un pouvoir dans un mon anti méta-humain, d’élever un gosse de vingt-et-un an et d’enchaîner les heures de boulots…Là, vous pourrez pleurer ! Tu enchaînes les patients, ils se ressembles tous et sont tous différents également. Tu souris légèrement, parfois tu ne souris pas du tout. Ça dépend du patient que tu as devant toi, néanmoins, tu restes toujours méfiant. Après tout, manquerait plus que tu tombes encore sur un Blackwatch, ça serait fort quand même. Les heures s’enchaînent et t’es vraiment crevé. Tu as bientôt fini et t’es sûrement à ta quinzième tasse de café du jour… Un nouveau dossier atterri dans tes mains et tu observes brièvement les phrases qui expliquent le cas du prochain patient. Jeune homme d’une vingtaine d’années, blessé…Bon, y a pas grand-chose à lire du coup, l’infirmière avait pas fait son travail convenablement et tu détestes quand ça arrive. Tu marmonnes quelques trucs entre tes dents avant de respirer un bon coup et d’entrer dans la salle d’examen. « Bonjour, je suis le docteur Swanson, je vais m’occuper de vous. » Tu souris brièvement, ayant pris l’habitude d’observer le moins longtemps possible les personnes qui te font face. Détournant déjà les yeux, tu déposes le dossier sur la table près de l’ordinateur. « Alors, que s’est -il passé ? »

Simple question de routine pour éviter de dire que l’infirmière était une grosse incompétente qui n’avait pas rempli le dossier convenablement. Déjà, tu vas chercher des gants que tu enfiles après t’être lavé les mains. Une fois fait, tu te tournes enfin vers le jeune patient. Enfin jeune…Il devait avoir ton âge.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Life is'n without risk
Messages : 176
Date d'inscription : 10/09/2016

MessageSujet: Re: Blouse blanche et bobo à l'horizon - Kyle   Dim 23 Oct - 22:22


Blouse blanche et
bobo à l'horizon
Kyle & Bailen

Encore une fois t’as voulu jouer les héros, encore une fois tu t’es mangé le bitume, réussissant tant bien que mal à achever ton adversaire, ou du moins le sonner assez longtemps pour te tirer de ce merdier dans lequel tu t’étais fourré. Boitillant comme un imbécile, tu sentais encore la balle à l’intérieur de ton mollet et à chaque fois que tu appuyais sur ton pied, une douleur incessante se faisait ressentir dans toute ta jambe, jusque ton dos. Tu n’avais pas apprécié le fait qu’une vieille dame se fasse voler son sac, comme c’est typique, alors tu t’étais interposé entre la dame et le ravisseur, laissant la vieille dame repartir avec son sac et le gars avait tout de suite sorti son pistolet. Il n’avait pas hésité à tirer et toi tu avais hésité une seconde à sortir ton couteau de ta chaussure, une seule seconde qui t’a coûté une balle dans le mollet.

Serrant les dents pour t’empêcher de gémir, tu marches, dans les rues de Central, comme si tout était normal. Tu te mêles à la foule, tu t’entasses dans cette populace qui n’a pas conscience de ce qu’il se trame réellement ici. T’as vu la Blackwatch débarquer et tuer ta famille, tu les as vues terrasser chaque personne dite anormale, que ce soit des humains modifiés, des aliens, des métahumains… Tous ces gens se sont fait massacrer pour rien, à cause de Superman qui a perdu la tête et qui a effrayé le gouvernement. Tu soupires alors, continuant de boiter entre deux personnes que tu bouscules après t’être gentiment excusé, puis très vite tu arrives à l’hôpital. Généralement tu n’y vas pas. Tu détestes cet endroit, il te rappelle la mort, il sent bizarre et les blouses blanches ce n’est pas ton style, toi qui est quasi toujours vêtu de noir comme actuellement. Tu pénètres à l’intérieur, te dirigeant vers l’accueil, et en adoptant ton plus beau sourire, tu demandes à l’infirmière, ou l’hôtesse tu ne sais pas comme ça marche la hiérarchie ici, s’il serait possible qu’on t’ausculte dans l’immédiat. Elle te sourit de manière trop innocente à ton goût et te demande de quoi tu souffres. Tu lui lances la première excuse bidon que tu puisses trouver, mal de genoux et elle griffonne un truc sur un dossier. Une fois fait, elle te montre un endroit dans le fond du bâtiment et te dis d’y aller et d’attendre que le docteur vienne s’occuper de toi. Tu la remercies et tu pars donc vers ce fameux endroit, essayant de paraître le plus normal possible, chose quasi difficile avec la balle qui te fait horriblement mal et le sang qui ne cesse de couler jusque ton pied.

Quand ton tour vient, tu entres dans la salle d’examen, retire ta veste et tu t’installes sur le sorte de lit métallisé, patientant bien sagement jusqu’à l’arrivé du fameux médecin. Quand ce dernier arrive enfin, tu es un peu surpris par son âge, il fait super jeune, mais tu te contentes de hocher la tête, ajoutant. « Bonjour. » Tu ne sais pas quoi dire d’autre, sauf quand il te demande ce qu’il s’est passé. « On m’a tiré dessus, au mollet droit. » dis-tu simplement, le scrutant du regard alors qu’il est près de son ordinateur. Il ne semble pas très à l’aise à regarder les gens, bizarre pour un docteur mais bon tu ne dis rien et t’attends de voir sa réaction et même ses éventuels questions sur le pourquoi du comment tu t’es fait tiré dessus.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Life is'n without risk
Messages : 51
Date d'inscription : 22/10/2016

MessageSujet: Re: Blouse blanche et bobo à l'horizon - Kyle   Lun 24 Oct - 0:26


Kyle & Bailen

Tu évites toujours un contact visuel, enfin, surtout quand tu es sous pression et surtout mort crevé. La cause ? Quand tu es fatigué ton pouvoir à tendance à t’échapper… Parfois ça passe inaperçu, d’autres fois, ça peut poser pas mal de soucis. « On m’a tiré dessus, au mollet droit. » Une blessure par balle…super. Ça veut dire faire un rapport, poser des questions, savoir le comment du pourquoi. Ton dernier patient ne pouvait pas juste s’être foulé la cheville ? Tu l’observe davantage et avec un peu plus d’attention. Il est jeune et surtout, il est beau garçon. Bon, du coup, ta journée finissait déjà mieux. « Et on vous a laissé patienter ? Seigneur…tous des incapables quand ils s’y mettent. » ça t’avait échappé… Tu approches calmement du jeune homme alors que tu laissais un sourire en coin prendre place sur tes lèvres. « Bon, voyons ça…déjà, ça saigne beaucoup. » Ton regard traîne vers l’entrée et tu vois quelques taches de sang avant de reposer ton attention sur ton patient. « Allongez-vous sur la table, on va examiner tout ça et voir ce que je peux faire pour soigner la plaie. » Déjà, tu sors tout le nécessaire dont tu vas avoir besoin avant de revenir vers lui, le tout placé sur un plateau métallique. Délicatement, tu approches de son mollet. « Je vais devoir coupé dans le pantalon, je suis désolé. » Tu lui souris de nouveau, croisant son regard l’espace d’un instant. « Mais je promets de m’arrêter plus bas que le genou. » Pardon ? Tu viens vraiment de dire une connerie pareille ? Non mais Bay, va te cacher là…puis c’est un patient. Bon, il allait sûrement le prendre pour une plaisanterie qui est loin d’être à double sens. Ou pas, dans quel cas, tu te sentiras assez con…

Tu prends une paire de ciseau et tu te mets à couper dans le pantalon pour dégager son mollet, enlevant par la même occasion sa chaussure le plus délicatement possible. La belle n’était pas ressortie, du coup, tu allais devoir enlever la balle voire les fragments sir celle-ci c’était explosée contre l’os. Bon ben…toi qui pensait avoir fini rapidement, tes espoirs venaient de voler en éclat. « La balle n’est pas ressortie, du coup, il va falloir que je la retire. Je vais endormir le pied histoire que ça ne fasse pas plus mal que nécessaire…J’évites d’être sadique avec mes patients. » Tu lui fais un léger clin d’œil pour détendre l’atmosphère avant de passer aux choses sérieuses. Te tournant pour aller vers les tiroirs, tu prends un anesthésiant et tu rempli une seringue avec celui-ci. Revenant vers lui, tu déposes la seringue sur la tablette en métal pour pouvoir nettoyer les contours de la plaie. « Je suppose que vous savez que je dois vous demander comment vous vous êtes retrouvés avec une balle dans le mollet… » Oui, parce que dans ton rapport tu allais devoir t’amuser à écrire plaie par balle et donc, ça demande plus d’explications qu’une simple blessure en elle-même. Tu t’emploies donc à nettoyer la plaie, essayant de ne pas trop appuyer. Ton téléphone sonne et tu le laisses sonner, te voyant mal décrocher avec tes gants. Bonjour l’hygiène quoi. Tes gestes sont assurés et précis, car malgré ton jeune âge, tu sais ce que tu fais. Des blessures, tu en avais soignés. Que ce soit dans un hôpital ou encore à l’extérieur de cette ville, lorsque celle-ci n’était pas encore accessible. Tu te souviens de cette époque ou la noirceur te faisait peur. Oh, tu as toujours peur, mais au moins une certaine sécurité vous entourais. Quoi que…non…

Une fois la plaie plus ou moins nettoyer, en tout cas pour que tu puisses le piquer convenablement, tu déposes la compresse pleine de sang sur la tablette métallique pour prendre la seringue entre tes doigts. « Je peux y aller ? » Question…stupide ? Non, sauf si il voulait souffrir comme pas deux, parce qu’une pince dans une blessure à vif c’est loin d’être comique !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Life is'n without risk
Messages : 176
Date d'inscription : 10/09/2016

MessageSujet: Re: Blouse blanche et bobo à l'horizon - Kyle   Lun 24 Oct - 22:14


Blouse blanche et
bobo à l'horizon
Kyle & Bailen

T’es là, bien sagement assis sur le lit métallique. Enfin la table, c’est comme ça qu’ils l’appellent les toubibs. Tu lui dis simplement qu’on t’a tiré dessus, au mollet droit, pour qu’il devine un peu ce qu’il l’attend quand il daignera poser un regard sur toi. Et finalement, ça arrive enfin. Il te regarde, plutôt t’observes, il doit se demander qu’est-ce qu’un mec comme toi fout ici avec une blessure pareille. « Eh oui. J’aime bien le jeu de mots avec les Urgences… » dis-tu dans un petit sourire en coin, haussant les épaules alors que tu le suis du regard, le laissant s’approcher tandis qu’il te lance une remarque qui te fait lever les yeux en l’air. « Ça se voit aussi fort que ça ? » demandes-tu ironiquement alors que tu t’exécutes quand il te demande de t’allonger sur la table. Le métal est froid et tu as beau avoir un t-shirt, ce fichu métal transperce ce dernier pour venir mordre ta peau, tu frissonnes légèrement, mais tu ne laisses rien paraître, comme à ton habitude. Tu regardes droit devant toi, la lumière blanche aveuglante et tu entends des ustensiles se poser sur un plateau métallique, bon, tu vas certainement douiller, un peu du moins. « Oui, bien sûr. » dis-tu quand le médecin t’informe qu’il va devoir couper le jean, en même temps c’est le moyen le plus rapide. Tu ris à sa remarque, le regardant un court instant en répliquant. « Y a des pornos qui ont démarré pour moins que ça, vous savez ? » Quoi ? Fallait pas répliquer ? Pas ton genre, du tout. Tu souris en coin alors que tu le laisses s’atteler à sa tâche.

Tu sens l’air frais se répandre au niveau de ton mollet, normal, t’as plus la partie basse de ton jean. Tu dis alors, pour détendre l’atmosphère et aussi pour taquiner le médecin. « Vous me devrez un jean, soit dit en passant. » Puis tu l’écoutes quand il te dit que la balle n’est pas ressortie, nan sans blague ? Mais qu’aussi il va falloir la retirer. Tu ris alors à sa remarque sur le fait d’endormir ton pied et qu’il n’est pas sadique avec ses patients. « Vous savez, j’ai déjà ressenti des douleurs plus fortes que celle-là, mais faites donc, je ne voudrais pas que vous ayez des problèmes par ma faute. » Tu ne veux pas qu’on le condamne pour ne pas endormir ses patients et les faire souffrir, mais faut dire que tu avais déjà eu un couteau en plein dos, un autre sur le flanc gauche et une fois tu t’étais fait tirer dessus au niveau de l’épaule, alors la douleur, tu la connais, tu la tolères même. Quand tu vois la seringue, tu ne bouges pas d’un muscle, te contentant de fixer le point noir au milieu de l’applique et tu hoches la tête quand il te dit devoir te demander comment tu t’es retrouvé avec une balle dans le mollet. « Je préfère en parler après, si ça ne vous gêne pas. » dis-tu simplement alors que tu sens la compresse autour de ta plaie, cette dernière étant petit à petit nettoyée alors que tu l’observes un peu faire. Il semble passionné ou du moins expert dans ses mouvements, ça t’épate, vraiment. Il doit avoir ton âge. Il a une bonne situation, pas comme toi, tu vis à la rue, tu voles de temps en temps pour te nourrir, tu n’arrives pas à garder un boulot plus de deux semaines et puis t’as des jeunes à t’occuper, mais c’est une autre histoire. Tu mordilles ta lèvre quand il te demande s’il peut y aller avec la seringue. « Oui, allez-y. Je ne suis pas en sucre. » marmonnes-tu alors que tu sens la piqure se faire, tes muscles ne se mouvant pas d’un centimètre. Ce n’est pas une piqure qui va te faire peur, peut-être la suite, quand il prend une pince et le scalpel pour pouvoir ouvrir un peu ta plaie et y enfoncer l’outil anesthésié afin de récupérer la balle, fichue balle que tu t’es prise pour une mamie. Tu grimaces légèrement quand il retire la balle de ton mollet, agrippant doucement la table métallique tandis que tu le regardes déposer la balle sur la tablette en métal. « Y en a encore ou c’est fini ? » demandes-tu, légèrement impatient de te faire recoudre et de n’avoir qu’à laisser le temps faire son travail.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Life is'n without risk
Messages : 51
Date d'inscription : 22/10/2016

MessageSujet: Re: Blouse blanche et bobo à l'horizon - Kyle   Lun 24 Oct - 23:35


Kyle & Bailen

« Y a des pornos qui ont démarré pour moins que ça, vous savez ? » Tu ne peux t’empêcher de sourire face à ses paroles, alors que les tiennes t’échappent complètement. « Je préfère la pratique au visuel personnellement. » D’accord, la fatigue n’a pas d’effets positifs sur toi et, déjà, tu te maudis intérieurement pour la connerie que tu viens de dire. Tu as envie de t’excuser, de dire que t’es juste trop épuisé et que tu dis des conneries dans ces cas à, néanmoins, t’as peur qu’il craigne pour son mollet en sachant que t’es dans le gaz. Du coup, tu préfères clairement commencer à couper dans son pantalon histoire d’éviter d’autres bêtises. « Vous me devrez un jean, soit dit en passant. » Non Bailen, ne dis rien, tais-toi et fais ton job. « Oh, un demi pantalon…parce que sinon je le coupe sur toute sa longueur et là je vous en devrais un. » C’est ça mec, continue sur ta lancée. Là, de suite, tu as envie de te faire un de ces faceplane digne d’une comédie merdique à deux balles. Tu l’écoutes rire et te dire qu’il ne voulait pas que tu aies des soucis par sa faute, cette fois, tu te contentes de sourire pour enchaîner sur un air plus professionnel, lui demandant ce qu’il c’était passé. Bon, apparemment il ne semblait pas disposé à te l’expliquer sur le champ, te demandant si il pouvait en parler par la suite. « Oui, on peut faire ça » Tu t’actives alors à nettoyer la plaie avant de lui demander son autorisation pour piquer, autorisation qu’il te donne en ronchonnant qu’il n’est pas fait en sucre. Tu souris avec amusement, secouant la tête de droite à gauche. Ah les hommes, tous des gros durs hein.

Tu piques rapidement pour lui injecter l’anesthésiant, prenant soin de faire ça comme il faut. Tu attends quelques secondes avant de commencer à trifouiller dans sa blessure pour aller y récupérer la balle. Tu ne l’as trouve pas tout de suite, ce qui en soit te fait royalement chier. Mais bon, quand enfin tu tiens la petite coquine, tu la retires et la laisser tomber sur le plateau, l’examinant convenablement. « Y en a encore ou c’est fini ? » Tu lèves les yeux vers lui, un sourire légèrement amusé sur le visage. « Relaxe, je fais le plus vite possible, mais y a un fragment qui s’est détaché. » C’est qu’il est impatient. Bon, ça se comprend mais toi, tu dois faire ton job convenablement sinon il y avait des risques d’infections et tout le tralala. Tu prends une pince pour écarter légèrement la blessure, un air grave sur le visage alors que tu cherches le fragment qui ne devait pas être bien loin. Ah… « J’y suis presque…le voilà ! » Entre ta pince le fragment manquant, de quelques millimètres alla rejoindre la balle sur le plateau métallique. « C’est bon, je vais recoudre maintenant. » Tu nettoies de nouveau la plaie avec attention, ayant plus de manœuvre avant de prendre de quoi faire ton boulot. Tu fais légèrement craquer ta nuque par fatigue, poussant un soupire discret alors que tu avais les muscles tendus comme pas deux. Tu crèves d’envie de boire un autre…juste pour avoir le gout en bouche et sûrement, pour te redonner un coup de fouet. Le regard planté sur la blessure du patient, tu recouds celui-ci en silence, ne te déconcentrant donc pas. Inutile de lui faire des points merdiques, ça serait franchement con pour lui hein. Heureusement, la plaie ne demande pas dix milles points et tu as rapidement terminé.

« Et voilà jeune homme…généralement quand un patient est sage je lui propose une sucette, mais bon, en règle générale ce genre de patient à moins de dix ans… » Tu commences à enlever tes gants quand tu réalises tes paroles…ça pouvait être vachement mal interprété. « Ok, c’était franchement tordu là…Navré, je pense que la caféine finie par me monter au cerveau. » Tu jettes tes gants sur la plaque métallique, observant le bandage que tu avais fait quelques secondes après avoir fini les points de sutures. Tu as toujours détesté en faire pour dire la vérité, bien qu’en étant médecin urgentiste, tu en faisais pas mal. D’ailleurs, tu voyais de ses trucs dans ce boulot, parfois t’en avais clairement la gerbe. La dernière fois, un type était arrivé avec quatre doigts en moins…heureusement, t’avais pas un petit cœur, par contre, la stagiaire avait gerbé dans la poubelle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Life is'n without risk
Messages : 176
Date d'inscription : 10/09/2016

MessageSujet: Re: Blouse blanche et bobo à l'horizon - Kyle   Mar 25 Oct - 16:39


Blouse blanche et
bobo à l'horizon
Kyle & Bailen

Tu ne peux t’empêcher de rire quand il réplique à ta phrase sur le porno. Visiblement ce médecin n’est pas que mignon, il a de l’humour aussi on dirait. « Serait-ce raisonnable de votre part de me draguer, cher docteur Swanson ? » Tu demandes ça comme ça, juste pour voir s’il serait sur la même longueur que toi ou alors s’il se moquait juste de toi, enfin bref. Quand tu lui dis qu’il te doit un jean, il te dit un demi, puisqu’il n’a pas coupé le tout en entier. « Faites donc alors, comme ça vous m’en devrez un entier. » dis-tu simplement alors que tu le regardes, souriant doucement tout en lui avouant que tu préférerais nettement en parler après, là t’as juste envie qu’il enlève cette putain de balle et qu’il te recouse. Tu ne le fais pas voir, mais tu souffres, c’est le martyre, cet enfoiré ne t’a pas loupé, c’est ce qui te fait encore plus chier.

Le voilà enfin en train de trifouiller ta blessure. Tu lui as clairement dit que tu n’étais pas en sucre, qu’il pouvait y aller franco, et tu regrettes déjà légèrement quand tu sens la douleur que la sensation de te faire écarter et trifouiller à l’aide d’outils métalliques te procure. C’est désagréable. Tu préfères encore te fait démonter à coups de poing que d’endurer ça. Pourtant tu résistes, tu te tiens légèrement à la table et tu lui demandes même si c’est bientôt fini, tel un gosse impatient. « Me relaxer ?! Vous vous foutez de moi là ?! » demandes-tu en sifflant presque, te mordant la lèvre inférieure quand finalement il arrive à retirer le dernier fragment. Ouf, bientôt terminé toute cette histoire, tant mieux. « Merci de votre rapidité. » dis-tu en hochant la tête puis finalement tu grimaces légèrement, car le fait de te faire nettoyer te pique un peu, mais nettement moins que l’étape précédente, puis tu le laisses faire, te contentant d’être silencieux, le laissant se concentrer sur sa tâche alors que toi tu inspectes les environs. Tu t’imagines à sa place, médecin, et tu souris bêtement, ce n’est pas pour toi ça, il te faut autre chose, tu n’aurais pas d’adrénaline ici, tu t’ennuierais presque. Tu pourrais très bien t’amuser à taquiner le cher docteur Swanson, mais bon, ça t’amuserait un temps, ta place n’est pas à l’hôpital, c’est sûr.

Tu te redresses alors, tu regardes ta blessure et tu descends finalement de la table en grimaçant un peu. Bon, ça risque d’être encore douloureux un jour ou deux mais après ça devraient passer, il n’y a pas de raison que ça ne passe pas. Sa remarque sur la sucette te fait sourire en coin, tu ne peux donc t’empêcher de répliquer. « J’accepte toute sorte de sucettes, sachez-le. » Quand vos regards se croisent, tu lui fais un clin d’œil puis finalement tu t’approches du bureau, t’asseyant bien sagement en te raclant la gorge. « Alors, je me suis fait tirer dessus pour empêcher qu’une pauvre dame ne soit sans sac. J’ai vu la scène et j’ai voulu arrêter le voleur. Enfin je l’ai arrêté, mais il a réussi à me tirer dessus et moi je lui ai fait manger le bitume. Vous aurez peut-être un gros baraqué avec un œil fermé et une arcade pétée prochainement, je dis ça, je ne dis rien… » dis-tu en levant les mains en l’air, genre t’as rien fait, puis tu souris en coin avant de t’accouder contre son bureau, le regardant distraitement remplir le dossier, brisant le petit silence qui a duré quelques secondes. « Et pour le jean et la sucette, je fais comment pour les avoir ? Je repasse ou… ? » Tu souris en coin et tu le fixes. T’aimes bien le taquiner, car il réplique à chaque fois, ça te change des gens que tu croises d’habitude qui baisse les yeux et ne te prenne pas en compte.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Life is'n without risk
Messages : 51
Date d'inscription : 22/10/2016

MessageSujet: Re: Blouse blanche et bobo à l'horizon - Kyle   Mer 26 Oct - 19:49


Kyle & Bailen

Son rire a tendance à te mettre à l’aise, t’encourageant à continuer tes conneries, tes réflexions. Il faut dire que pour un dernier patient tu ne pouvais pas rêver mieux, puis, ça faisait quelques temps que tu ne t’étais plus permis ce style d’écart. « Serait-ce raisonnable de votre part de me draguer, cher docteur Swanson ? » Un léger sourire en coin s’affiche sur ton visage alors que tu lèves les yeux vers lui. Non, bien sûr que ce n’est pas raisonnable, mais as-tu quelque chose à perdre ? Tu n’espères rien, tu ne le reverras sûrement jamais, il n’entrera pas dans ta vie, tu n’entreras pas dans la sienne. C’est comme ça que tu aimes les relations, simplement parce que ta vie est un vrai bordel et que tu ne peux y laisser entrer personne. Alors, tu te contentes de t’amuser de temps en temps, changeant de personne, allant ici et là quand tu le peux. Oh, en général t’es vraiment très discret et tes collègues penses que ta vie est un néant total. Encore une fois, ils se trompes tous et ne voient que ce qu’ils veulent bien voir. « Je n’ai jamais dit que j’étais raisonnable… » Tu lui parle de son pantalon, laissant un petit sous-entendu s’échapper de tes lèvres alors qu’il réplique sans grandes hésitations. Au moins, il n’est pas timide et dans un sens ça t’arrange. Toi qui évite les relations sociales, dès que tu es confronté à quelqu’un de distant tu ne cherches pas à faire plus d’efforts. Hors, ton patient n’est pas farouche et tu coupes dans son pantalon, évitant néanmoins de le couper jusqu’au bout bien que ça te démanche de le faire rien que pour le fun ! Tu lui dis de se relaxer, qu’il fallait que tu ailles chercher un fragment absent.

« Me relaxer ?! Vous vous foutez de moi là ?! » « Bof, c’est mon job de lâcher ce genre de conneries. » Tu avais dit ça avec une nonchalance étonnante, juste parce que c’était la vérité pure et dure. Oui, un médecin c’est censé rassurer ses patients, leur parler, dire des conneries du genre – ça va aller ou encore – tout va bien se passer. Mais bon, ce n’est pas pour autant que c’est la vérité. Tu souris une fois de plus, finissant le travaille alors qu’il te remercie pour ta rapidité. Oui bon, tu n’allais quand même pas passer deux heures à le trifouiller de l’intérieur hein…t’es pas sadique à ce point-là. Tu te lèves pour aller vers le bureau, lâchant une énième connerie mais vachement plus déplacée que les précédentes. « J’accepte toute sorte de sucettes, sachez-le. » Pardon ? Tu as bien entendu où ? Levant les yeux vers lui, il t’offre un clin d’œil et tu souris en coin. « C’est bon à savoir. » De lui-même, il se met à te raconter sa mésaventure et toi, tu écris en-même temps dans le rapport. Parfois, tu hochais la tête en guise de signe que tu suivais la conversation, parfois, tu laissais échapper un petit rire surtout quand il t’annonça que vous alliez peut-être avoir un autre patient prochainement. Franchement, cette ville tournait mal…Très mal et tu risquais d’enfermer Jason dans sa chambre si ça continuait comme ça. « Je vois…au pire, je lui remettrais le bonjour de votre part…tout en bâclant les points de sutures. » Tu continues à écrire calmement et avec rapidité, une écriture digne des vieux médecins…en gros, carrément illisible ! « Et pour le jean et la sucette, je fais comment pour les avoir ? Je repasse ou… ? » Pardon ?

Il est sérieux où ? Tu cesses d’écrire l’espace d’une seconde, surpris par sa demande ne sachant pas trop si il rigolait ou si il était sérieux. Tu hésites durant un instant avant de te dire, que finalement, ça n’allait pas te tuer de rentrer dans son jeu hein ? Tu gardes le nez baissé sur le dossier, néanmoins, ton regard se lève en biais vers lui pour croiser son regard. Puis, tu n’y perds rien, il est franchement mignon. « Déjà, il faut être très sage et le mériter, comme les autres patients. Pas de favoritisme mon cher ! » Tu avais dit ça d’une voix sérieuse et pourtant amusée, te prêtant volontiers au jeu qui c’était installée dès les premières réflexions, les premiers sous-entendus. « Ensuite… pour récupérer la récompense, que dire, le graal des patients méritants…il faut que je termine mon service et que je vous emmène dans la cachette secrète. Parce que ouai, c’est con, mais si je la divulgue à tout le monde ça sera plus ne cachette secrète et on va me voler tous mes jeans et mes sucettes ! » Tout en finissant tes mots, tu attrapes ton carnet à ordonnance, un sourire amusé aux lèvres. « Mais avant toute chose, faudrait que je fasse mon job convenablement et que je vous donne mes recommandations non ? Du style…on ne s’appuie pas sur le pied endommagé, on désinfecte convenablement…pas de sport…en tout cas que de sport qui réclame un effort…et on fait attention au pansement et au fait de ne pas rouvrir les points de sutures. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Life is'n without risk
Messages : 176
Date d'inscription : 10/09/2016

MessageSujet: Re: Blouse blanche et bobo à l'horizon - Kyle   Jeu 27 Oct - 10:32


Blouse blanche et
bobo à l'horizon
Kyle & Bailen

Vous êtes clairement en train de vous draguer ou tu rêves simplement ? Non, tu ne rêves pas, toi Kyle Robinson, gamin ayant mal fini suite au meurtre de tes deux mères, tu te fais draguer par le Docteur Swanson alors que t’as la jambe en sang et une balle dans le mollet. Quand il t’avoue n’avoir jamais dit être raisonnable, tu souris en coin, ajoutant simplement. « C’est bon à savoir tout ça, alors. » Puis tu le laisses arracher clairement ton jean, même s’il se retient puisque tu ne vois pas encore ton boxer dépasser, au moins tu sais qu’il n’est pas du genre profiteur, ou alors il le cache très bien.

Quand il commence à trifouiller ta plaie, tu te tiens à la table et tu ne peux éviter l’éternelle question : c’est bientôt fini ? Et lui se contente de te dire de te relaxer, alors ni une, ni deux, tu hausses presque le ton en lui demandant s’il se fout de toi. Et sa réponse est un tant soit peu amusante. « Je vois ça, en effet. » Tu secoues la tête, légèrement amusé, puis quand finalement tu es remis sur pied, balle retirée et blessure recousue, tu te traînes jusqu’à la chaise face à son bureau puis tu y prends place, le sourire aux lèvres après lui avoir avoué que tu aimes toute sorte de sucettes, suivi d’un clin d’œil et du coup tu te mets à parler de l’incident, le voyant écrire dans une écriture quasi illisible le rapport de la situation avant qu’il ne réplique à ta phrase vis-à-vis du futur patient qui viendra ici. « Merci à vous, c’est très gentil de votre part. », dis-tu dans un demi-sourire avant de lui demander, clairement, comment faire pour récupérer un nouveau jean, mais aussi obtenir cette fameuse sucette. Visiblement il ne s’y attendait pas puisqu’il marque un temps de pause dans son écriture et qu’il se tait pendant un petit moment, ajoutant finalement que tu dois être sage et que tu dois le mériter. « Je pense avoir été sage, je n’ai pas trop bronché pendant que vous étiez en train de faire je ne sais quoi dans ma blessure, non ? » Tu lui fais des yeux tout mignons, style comme les gosses qui veulent quelques choses et qui n’hésitent pas à le faire comprendre et savoir. « Et vous avez fini dans combien de temps ? Je peux vous attendre, après tout je ne vais pas partir comme ça, le jean à moitié arraché, je vais avoir l’air con et puis les gens vont se questionner. » Tu pinces légèrement tes lèvres avant d’ajouter. « Puis j’ai bien envie de voir votre cachette secrète, je me sentirais… Privilégié on va dire. » Tu souris finalement en coin avant de hocher la tête à ses recommandations. « Au pire, je peux repasser demain et après-demain et après-après-demain, je suis nul niveau bandage et comme ça ce sera fait par un pro, je serais plus en confiance. » Tu tentes, après tout tu n’as rien à perdre puis tu te vois mal demander à Gwen de te changer tout ça, elle va t’envoyer chier la petite. « Pour ce qui est du sport, j’essaierais, mais me connaissant, au premier danger que je vois, je vais foncer dedans, alors… » Tu ris avant de plonger ton regard dans celui du docteur. « Il vous reste quoi à faire ? » Impatient, toi ? Bien sûr que non. Ou juste un peu.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Life is'n without risk
Messages : 51
Date d'inscription : 22/10/2016

MessageSujet: Re: Blouse blanche et bobo à l'horizon - Kyle   Jeu 27 Oct - 13:15


Kyle & Bailen

Le jeu continue, comme un enlacement d’amusement, de sous-entendus qui ne sont plus vraiment masqués sur le coup. Plus le temps passe, moins tu as de doutes sur les événements à venir, ce qui est assez amusant, peut-être rassurant également. Tu ne sais pas trop. Une fin de soirée comme celle-ci ne risque pas de te tuer, tu en as l’habitude, bien qu’en général tu évites soigneusement de copiner avec tes patients et ce, pour des raisons plus qu’évidentes. Déjà, question boulot si tu devais coucher avec tout tes patients tu serais dans la merde. Ensuite, tu ne sais jamais sur qui tu vas tomber, si ils vont revenir et surtout, tes patients savent ou tu travailles. Et donc, ils savent surtout où te trouver. La conversation dérive, chavire et s’éloigne du côté professionnel que tu dégages en règle générale. Ce n’est absolument pas pour te déplaire, justement, tu apprécies la tournure des choses. « Je pense avoir été sage, je n’ai pas trop bronché pendant que vous étiez en train de faire je ne sais quoi dans ma blessure, non ? » Tu l’observes alors qu’il te fait un regard ravageur digne d’un enfant de six ans qui désir une chose plus que tout au monde, ce qui au moins, eu l’art de te faire rire. A part Jason qui te faisait ce genre de regard quand il désirait quelque chose, tu n’avais pas l’habitude de voir celui-ci sur un autre visage. Mais bon, sur lui, ça avait un sens complètement différent. « Pas faux. » Il venait de gagner un point. C’est vrai qu’il n’avait pas été désagréable lors de ses soins, tu lui en étais reconnaissant parce que les patients qui râles, qui pleures, qui chouines ça te fou mal à l’aise et ça t’irrite. En gros, tu préfères de loin des patients comme lui.

« Et vous avez fini dans combien de temps ? Je peux vous attendre, après tout je ne vais pas partir comme ça, le jean à moitié arraché, je vais avoir l’air con et puis les gens vont se questionner. » Ton sourire ne disparaît pas alors que ses paroles te font vibrer, te sachant déjà gagnant d’une fin de soirée agréable. Quoi que, tu serais un bon médecin tu lui dirais de rentrer chez lui, de se reposer et c’est tout…sauf que bon, là sur le coup, tu n’avais pas spécialement envie de lui recommander le repos. « Puis j’ai bien envie de voir votre cachette secrète, je me sentirais… Privilégié on va dire. » Tu te mords l’intérieur de la joue, un air amusé sur le visage, voir charmeur désormais et taquin. « C’est potentiellement négociable. » En gros, c’est bon tas gagné. Tu prends néanmoins le temps de lui faire tes recommandations, ne sachant pas trop si il allait les suivre ou pas. Mais soit, le après ce n’était pas spécialement ton souci, sauf si il revenait en gueulant que ses points avaient sautés…là c’était une autre histoire. « Au pire, je peux repasser demain et après-demain et après-après-demain, je suis nul niveau bandage et comme ça ce sera fait par un pro, je serais plus en confiance. » Ton corps se crispe très légèrement face à sa demande inhabituelle à tes yeux. Normalement, tu es loin d’accepter de revoir ceux avec qui tu as passé une nuit, renouvelant pas la chose par principe, par peur aussi…surtout par peur dirons-nous. Mais bon, lui changer ses bandages c’est pas la mort si ? Puis, au pire des cas, tu demanderas à une infirmière de s’en occuper, prétextant un souci ailleurs…sauf qu’avec sa gueule, tu t’imaginais mal ne pas être tenté de le faire toi-même si il apparaissait dans ton champ de vision.

« Si vous déplacer ne vous déranges pas, je peux m’occuper de votre bandage sans grand souci…puis, quelques fois, un bandage ça prend longtemps à se refaire, surtout si y a des soins qui vont avec. » « Pour ce qui est du sport, j’essaierais, mais me connaissant, au premier danger que je vois, je vais foncer dedans, alors… » Les hommes…toi tu n’es pas du genre à foncer dans le tas, sauf quand tu es en danger ou encore que ton frère l’est également. Bon, d’accord, tu ne laisseras pas quelqu’un se faire tuer devant toi, tu as un cœur quand même. Mais bon, le danger tu ne le cherches pas, tu l’évites, c’est plus raisonnable pour quelqu’un comme toi. « Je risque de vous revoir rapidement du coup. » Tu finis d’écrire sur son ordonnance pour lui prescrire des anti douleurs, anti inflammatoire et tout le tralala histoire qu’il soit quand même paré face à une éventuelle infection. Relevant les yeux vers lui, son regard se plonge de nouveau dans le tiens. « Il vous reste quoi à faire ? » Un sourire taquin vient sur ton visage alors que tu pousses l’ordonnance vers lui. Tes yeux dévient sur ta montre et tu dis calmement. « A vraie dire…j’ai fini, vous étiez mon denier patient. J’ai plus qu’à aller me changer…Donc…Si vous voulez vraiment un nouveau jeans va juste falloir patienter quelques minutes. » Tu allais devoir sonner à Jason aussi, lui dire que t’allais rentrer plus tard, qu’il allait devoir se commander un truc à manger. Non mais…tu comptes vraiment te barrer avec ton patient ? Bien sur !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Life is'n without risk

MessageSujet: Re: Blouse blanche et bobo à l'horizon - Kyle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Blouse blanche et bobo à l'horizon - Kyle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Horizon-vw
» T-shirt HORIZON - VW
» MR KYLE
» conseil petit bobo/douleur
» Lapin Bobo...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Rebirth :: at Central City :: Grand Avenue :: hospital-
Sauter vers: