AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
running with the wolves (nathan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Life is'n without risk
Messages : 171
Date d'inscription : 10/09/2016

MessageSujet: running with the wolves (nathan)   Sam 22 Oct - 13:49


Nathan  Fitzgerald
" why so serious ? "



It's simple. We, uh, kill the Batman.
Surnom : On te connait sous le nom d' Inhibitor, point de hasard dans ce patronyme révélateur. Les bouches au goût de amère te donnent  cependant des noms moins flatteurs, tu fais parti de ceux qu'on appelle assassin ou tueur. Dans la sphère privée, on te nomme simplement  "Nate", ça sonne plus bref sur les langues Âge : T'éparpilles tes trente années. Des bougies que tu souffles pour ne pas froisser l'obscurité.   Lieu et date de naissance :  Naissance expérimental d' un vingt-et-un décembre, il neige sûrement dans le laboratoire où tu expires un premier souffle. Gotham. Nationalité : The Stars and Stripes tremble dans tes veines, tu es sans que l'on puisse en douter américain Origine : Il suffit de grimper une seule branche de l'arbre pour voir la parenté islandaise, l'origine de l'autre est quant elle inconnue,  le père est disparu. Sexualité : Bisexuel Les corps féminins te satisfont, les courbes féminines sont celles sur qui ton regard te pose, et c'est à leur yeux que tu t'exposes, même si tu as connu quelques moments d'égarements dans le passé.  Statue civil : Célibataire, il n'y a que la solitude que l'on serre contre ton corps en manque de chaleur. Richesse : Ton métier te permet de pas trop te préoccuper de ce que t'as à dépenser, t'es un peu plus riche que la moyenne sans être excessivement riche non plus.  Espèce : Comme seule berceau des éprouvettes, t'es un  humain modifié, un être crée sur mesure pour chasser ce qui doit être tué Métier : T'es l'un des protecteurs de Central, gardien de la tranquillité, gardien contre les immondicités en costumes. Tu es un agent de la Blackwatch.   Costume : tu ne portes pas de costume si ce n'est ta tenue de travail comme tout agent de la Blacwatch. Lieu de résidence : Tu fais ta vie dans le quartier de Midvale quand tu ne dors pas dans les dortoirs de la Blackwatch entre deux missions. Groupe : Believers. Célébrité et crédit : Sam Claflin (ice and fire.)

Do I really look like a guy with a plan?  You know what I am ?
Qu'est ce que les gens pensent de vous ? Ont-ils raison ou ont-ils tort ? La plupart du temps, Nathan, ça ne ressemble à rien du moins, ça ne renvoie rien, l'homme n'est qu'une statue, son visage une plaque de marbre contre laquelle il faut lutter pour parvenir à la faire s'exprimer. Tout le monde le voit ainsi, impassible et insipide, trop rarement le sourire vient se planter, jamais personne ne verra ses joues mouillées. Les émotions, les sentiments, tout ça, il les chasse, les enterre, il se doit d'être froid, il se doit d'être droit pour ne jamais faiblir. On lui a répété trop de fois que les affects, c'était dangereux, ça que pouvait nuire à la puissance de ses gestes, faisant s’immiscer les doutes et suscitant la pitié, lui, il ne veut pas tout ça, il ne veut rien qui puisse mettre à mal son travail. Il ne veut que rependre la justice, celle qu'il donne avec délice, élimant les résidus de vilains et de héros, ceux qui ont bien failli plonger le monde dans le chaos. Nathan, c'est une machine à tuer, dedans, il n'y a presque rien pour aimer, c'est de la haine et de la colère, voilà maintenant ses principaux ingrédients et ça bouillonne dangereusement. Il y a de la violence qui l'agite et faut faire attention, car il n'aime pas quand les choses lui résiste, il se battra tant qu'il faut jusqu'à vaincre et réussir, peu importe de quoi il s'agit, que ça soit pour une fille ou son travail, un coup d'un soir ou éliminer de la canaille.  

Que penses-tu du gouvernement et de la Blackwatch ? La réponse est simple et évidente quand on sait là où chaque, il se rend pour accomplir ses besognes. Nathan est une personne en accord avec le gouvernement, tout ce qu'il propose sur les méta-humains lui va complètement. C'est à cette organisation qu'il doit tout, tandis qu'aux héros, il ne doit que ses fléaux. Malgré son statut de méta-humains, Nathan ne se sent aucunement proche de ceux que l'on pourrait nommer comme étant ses semblables. C'est un affreux hypocrite qui travaille au sein de la Blackwatch, organisme qui selon lui protège Central des dangers que ces gens totalement en libertés pourraient bien représenter.

Quelles sont tes capacités, qu'est ce qui te distingue des autres ?  Chair que l'on cisaille dans des mouvements souples, les lames coupent et tranchent, elles sont de prodigieuses assassines entre les mains de l'agent qui sait utiliser leur talent pour enlever la vie, pour ôter le dernier souffle des personnes qui l'ennuie. Expert dans le maniement des armes de métal qui sectionnent jusqu'au coup final, Nathan ne sait que trop peu utilisé les armes qui crachent des balles même s'il a subi leur enseignement, ce n'est juste pas fait pour lui. Il préfère les danses qui le rapprochent de son adversaire, celles qui se jouent au corps-à-corps, celle ou une coupure est une caresse et un coup, un baiser. Nathan est également capable d'annihiler ce qui pourrait rendre les personnes si spéciales, il suffit qu'il ne soit pas si loin de vous pour que vos dons disparaissent, s'envolent pour ne revenir que plus tard, trop tard. Si ses mains maudites touchent la peau de l'être qui échappe à la normalité alors il s'empare du pouvoir de l'hôte, il absorbe tant qu'il peut, se nourrit de ce qu'il y a en vous ne laissant que des miettes, un pouvoir déréglé, incontrôlable et sauvage.            


Life is'n without risk
Pseudo : Slayers. Âge : 19 ans. Comment as-tu découvert le forum ? : Bazzart. Des suggestions ? : Bizarrement non Arrow. Disponibilité : Je serai aussi souvent que je peux sur mon bébé Autre :    



Dernière édition par Nathan Fitzgerald le Sam 22 Oct - 13:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Life is'n without risk
Messages : 171
Date d'inscription : 10/09/2016

MessageSujet: Re: running with the wolves (nathan)   Sam 22 Oct - 13:49

Histoire






petite citation


(I.) La mère passe la main dans la chevelure blonde de son fils, une étrange lumière lui donne une teinte bleutée alors qu'au soleil, elle était sûre qu'elle étincellerait de mille feux, comme la sienne. Mais non, il restait dans, dans cette salle blanche et immaculée, il n'était qu'un cobaye en cage, une expérience gouvernementale un peu plus secrète que les autres, totalement secrète pourrait elle-même dire. « J'ai ramené des livres, tu veux qu'on en lise un ? » Nathan souleva et secoua la tête négativement, ce n'est pas ce qu'il voulait faire aujourd'hui, tout comme ce n'est pas qu'il voulait faire hier, les pages ne suffisaient plus à le faire rêver, à le faire s'égarer. Il voulait toucher l'herbe fraîche avec ses propres mains, respirer l'air frais de la montagne avec ses propres poumons, pas avec ceux de ces êtres de papiers et d'encre. Mais Ils ne voudraient pas, Ils ne voudraient jamais qu'on le relâche, il était trop bien ici, trop bien là-haut, dans cette cage même pas dorée, tout juste chauffé convenablement, même s'Ils ne faisaient qu'appliquer ses directives. «Tu sais très bien que ce n'est pas possible Nathan » À qui la faute ? Se demanda-t-elle. La sienne, oui, seulement la sienne. Elle était brillante, trop brillante peut-être, la génétique, ça ne la connaissait que trop bien, les méta-gènes aussi et il a fallu qu'elle essaye, qu'elle expérimente pour trouver un contre à ses absurdités parfois à peine humaine : les méta-humains. Le remède, c'était bien sur son fils, elle aurait dû le considérer comme un rat de laboratoire, une expérience, comme pour tous ceux qui l'avait précédé, ces échecs qu'elle tentait d'oublier, des figures qui ne ressemblaient parfois même pas a un bébé, des choses qui n'arrivaient parfois même pas a respirer. Elle avait joué avec la vie et elle en avait payé le prix, ces nuits ne seraient plus jamais les mêmes. Mais elle tentait tout de même de se rattraper avec la réussite, Nathan, l'enfant qui était la combinaison de son patrimoine génétique et d'un méta-humain au pouvoir intéressant donc elle ne connaissait même pas le nom si ce n'est son génome. Elle caressa sa joue. Elle devait le faire sortir d'ici, ce n'était qu'un enfant après tout et pas seulement une arme contre ses supers qui sortaient dehors comme elle l'avait laissé supposer en exposant son projet à des Puissances Supérieures. Non, c'était son enfant et elle devait le faire sortir d'ici, quoi qu'il lui en coûte. « J'espère que tu te souviendras de ce que j'ai fait pour toi », murmura-t-elle plus pour elle que pour son fils. Elle ne savait pas du tout comment elle allait s'y prendre, mais elle avait réussi bien pire que de faire sortir quelqu'un d'une zone sécurisée, l'être qu'elle tenait entre ses bras en était la preuve.


(III.)  La peau nue qui égratigne le sol avec souffrance, les doigts qui courent sur la pierre sale comme s'il cherchait quelque chose pour se recouvrir, la température ne semble pas clémente pour se délaisser ainsi. Il ne sait pas où il est, les yeux sont fermés, l'être émerge du brouillard des rêves. Puis soudain, il y a cette chose chaude qui court sur sa peau, les pattes s'enfoncent dans sa chair jusqu'à ce qu'il sente l’insidieux animal venir se frotter dans son cou, l'humidité du museau touche le menton répandant un peu de sa puanteur sur le gosse en sueur. Réveil en sursaut, on se débarrasse de la bête dans de gros gestes brusques, la vermine, quant à elle, s'enfuie dans les ténèbres dans de petits cris de paniques. L'esprit nage encore en pleine confusion, dans les environs ne règne que l'obscure, point de lumière dans l’endroit, car ici, il n'y a rien si ce n'est-ce léger souffle d'air qui semble caresser son dos dans une étreinte furtive. Le cerveau démarre enfin, on commence à se poser des questions, des bonnes et des moins bonnes et des franchement très connes. "Où est-ce que t'es ? Pourquoi étais-tu nu puis ? Comment avais-tu fait pour te retrouver dans une si détestable position", il ne sait pas, il ne sait plus. Des souvenirs qui s'envolent pour ne plus jamais revenir, c'était une chose stupide. Il frappe le sol, car dedans, il y a la colère qui monte, le sang qui s’échauffe face à l’incompréhension. Douleur qui vient, qui se ramène dans la main, ça a le bénéfice de le calmer, de faire revenir les idées claires, mais il y a cet estomac qui se soulève pour éliminer du vide, la gueule s'entrouvre et sort la bile, à nouveau tout devient confus et brouillon. Il se sent mal à l'intérieur de son propre corps, il y a la fatigue et la faim, l'une lui perce le ventre et l'autre assaille son dos. Manger et dormir ça serait si bon. Mais il tente tout de même de reprendre le souffle, de faire rentrer l'air dans ses poumons en même temps que les idées qui ne veulent que le fuir, puis il y a son corps diminué qu'il veut soulever. Debout et soufflant, Nathan parcourt les ruines, chaque pas est une souffrance, le sol de bitume, de béton et de verres brisés, le coupe de ses arêtes tranchantes comme s'il souhaitait le punir. Il suit le courant d'air et il avance, les secondes qui se métamorphosent en minutes s'éternisent puis la lumière de l'astre d'argent lui montre la sortie. Ses pas saignants se mettent maintenant à briller. Un sourire éclair la nuit, le voilà libre dans un champs de ruines.

(V.)  La lame court dans les airs, elle tranche le ciel dans un éclat d'acier, une jambe se déplace, le corps se mu, il évite l'arme mortelle qui lui vole tout de même une mèche au passage. La main de Nathan virevolte stoppant la course d'un autre coup qui se voudrait mortel. Les pas s’enchaînent et il esquive, il ne peut faire que ça, tellement les coups sont rapides, la danse de fer et de métal se poursuit, les bruits de couteaux qui s'entrechoquent sont la mélodie sur laquelle ils bougent en rythme, il ne domine pas la danse, c'est certain. La sueur perle sur son front, la concentration crispe ses traits alors qu'en face, il s'amuse. Son rire plane, il énerve, il tente de le pousser à bout, l’amener à commettre une erreur, fatale. « Alors, c'était comment ta journée ? » , il ne trébuche même pas sur les mots, sa respiration n'est pas affectée par l'exercice qui lui semble plus qu'aisé, ça  fout le Fitzgerald en rogne surtout qu'il a l'audace de lui parler montrant une fois de plus sa supériorité. Il était agile et ses mouvements étaient pareils à un éclair en plus d'être extrêmement précis, Nathan ne savait même pas comment il arrivait à échapper à ses attaques, son corps réagissait de lui-même, se sont ses réflexes et son entraînement qu'il avait subi qui lui permettaient tout juste de s'en sortir. Il fait une roulade, chuintement qui siffle à ses oreilles, il se relève, un pied le balaye, et il sait déjà que c'est fini, une chaussure se place sur sa gorge. « T'es mort et ton partenaire aussi, c'est un nouvel échec Nathan, et je n'ai même pas de super-pouvoirs... » Il ponctua sa phrase en envoyant valser l'une de ses armes dans un mannequin. « Tu dois devenir plus fort, être au moins à la hauteur de ceux qui veulent attenter à nos vies, je ne serais pas toujours là et ça ne sera pas toujours qu'un simple entraînement, j’espère qu'ils ne t'enverront jamais en mission » Gloussement sur les lèvres et il se casse. Affront sur l'honneur, une promesse glisse dans la bouche de Nathan, il lui fera payer, un jour ou un autre, il lui montrera de quoi il est capable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
running with the wolves (nathan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TRIATHLON SPRINT DE CAP SICIE
» RIP nathan Woods
» magazine de running...........
» Photos Running
» meilleure marque shoes de running pour vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Rebirth :: for new people :: introduction :: successful-
Sauter vers: